Ce matin je suis contrariée.

Je fouille dans mon placard et comme toutes les femmes je sors la phrase mytique: « je n’ai rien à me mettre » !Mon mari n’a aucun regard pour moi et en silence se glisse hors de la chambre.Je le connais, je sais ce qu’il pense. Sur son front on pouvait lire en lettres fluo « mon pauvre tu ferais mieux de sortir d’ici si tu ne veux pas d’histoire ».

Son silence fait écho à ma détresse.

J’essaie des jupes, des pantalons, des robes, des tops. Rien ne me va ! Impression d’être boudinée. Le mal être me gagne au fur ét à mesure que les vêtements s’ammoncellent sur mon lit.

 Amère constat. J’ai pris du poids.

Je m’assois sur le lit, malheureuse. La solitude m’étreint. Envie de pleurer.

Je regarde autour de moi.Toutes ces photos de moi quelques années plus tôt et avec quelques kilos en moins m’attristent !Je suis nostalgique du passé.

Je me regarde dans le mirroir, désespérée !

Mais une voix en moi me crie : cette femme ma belle, c’est toujours TOI…eh oui c’est TOI, avec quelques petits kilos en plus… pas en trop !Tu saisis la nuance ?

Je capte la nuance.Et je me rends compte que ça fait quelques temps que mon mari et mes enfants s’évertuent à me faire prendre conscience de cette nuance et à me redonner confiance en moi.

C’est vrai , mes vingts ans sont loiiiiiiiiiiiiiiin et avec le  poids  des années, il faudrait que j’accepte que ma silhouette se soit un peu enrobée… mais la bonne nouvelle c’est qu’il y a tout plein de vêtements dans les magasins qui ne demandent qu’à me mettre en valeur, à me faire vivre pleinement ma vie de presque quinqua, à me rendre belle et sexy.

 C’est décidé, je veux être une belle quinqua  sexy avec des formes, une quinqua bien dans sa tête et bien dans son corps.

 Je regarde ma montre. Mince, je vais être en retard à mon travail.Mais je n’ai pas envie d’aller travailler.                          J’ai plus intéressant à faire. Porter assistance à personne en danger.Me sauver la vie !

 D’abord je pense à un tri sélectif rigoureux dans mes placards. Tous ces « vêtements souvenirs » doivent dégager .      Pas de place aux sentiments!

J’ai besoin de faire de la place pour de nouveaux vêtements avec lesquels je vivrai d’autres aventures. Je ne veux plus me dire « un jour je les remettrais » puisque au fond je sais que je ne les remettrais JAMAIS !

Inutile de continuer à me lancer de nouveaux défis.

Je veux avancer dans la vie en harmonie avec mes nouvelles formes.La voix en moi m’encourage. Vas y ma grande !

Je mets à fond la chanson « don’t worry, be happy » de Bobby Mcferring et commence le  tri de mes vêtements dans une ambiance délirante.

Les vêtements qui me « traumatisent » sont vite fourrés dans des cartons et « scellés ». Ils feront certainement le bonheur d’autres personnes. 

Je me félicite de me libérer de ces chaines. Je me sens super légère.

Je me redécouvre dans la glace.Oui c’est bien moi, juste MOI avec de belles formes et le moral haut. Waow, je ne m’étais jamais rendue compte que j’avais d’aussi belles hanches . Et ce décolleté, à faire damner un saint!

La perspective d’une virée shopping le week-end emplifie ma bonne humeur. Il me tarde de me faire plaisir.

Je suis d’attaque pour aller au bureau.

En un clin d’œil, un rien m’habille et je sors de chez moi en fredonnant “ dont’ worry, be happy…”

La vie est juste belle!